Portraits

TOUTES MES AIDES | L’IA, une solution pour réduire le non-recours aux aides de l’Etat ?

Toutes Mes Aides est l’un des projets phares de la saison 1 du programme d’accompagnement de 21, l’accélérateur de la Croix-Rouge française. La start-up a développé une plateforme numérique, s’appuyant sur une technologie d’artificielle, qui permet aux particuliers d’identifier l’ensemble des aides sociales auxquels ils ont droit.

Contexte

En France, 6 000 aides et prestations sociales existent, engendrant une complexité et un non- recours à ces aides évalué entre 40% et 70% — ce qui représente chaque année entre 10 et 15 milliards d’euros. Il existe ainsi un véritable problème d’accès à ces prestations sociales, la principale cause étant la non-information : la personne ignore que l’aide existe, ou ne comprend pas qu’elle lui est destinée. Toutes Mes Aides simplifie l’identification des aides qu’une personne peut recevoir et les démarches à effectuer.

Dans le contexte actuel du Covid-19, l’Etat a mis en place des aides spécifiques pour les start-ups, TPE et PME. Toutes Mes Aides s’est alors mobilisé afin d’aider ces entreprises à identifier les subventions auxquelles elles ont droit, et les démarches à effectuer.

Cyprien Geze, vous êtes le fondateur de Toutes Mes Aides. Quelle est la genèse de votre solution ?

Cyprien Geze : L’idée de cette start-up est née il y a un an et demi lors d’une activité bénévole avec la Croix-Rouge française (CRf). Je participais alors à une permanence sociale pour accompagner les personnes en situation précaire dans leurs démarches administratives et leurs demandes d’aides. A travers cette expérience, j’ai réalisé que le non-recours aux aides concernait surtout les personnes en situation précaire. Elles sont perdues dans la jungle des 6 000 aides disponibles et souvent découragées face à la complexité des démarches administratives.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre 21 ?

CG : Nous nous sommes rendu compte que pour avoir un impact social sur les personnes en situation précaire, il fallait travailler en collaboration avec les professionnels du secteur social. 21 était pour nous l’opportunité de s’appuyer sur l’expertise de la CRf pour atteindre au mieux notre objectif : lutter contre le non-recours aux aides.

Qu’est-ce que vous avez mis en place avec la Croix-Rouge française ?

CG : Nous avons transformé notre application pour en faire un outil dédié aux travailleurs sociaux. Cela nous a permis de changer notre modèle économique afin que le coût de l’application ne repose que sur les établissements et les professionnels, et non pas sur les bénéficiaires.

Nous avons testé cette application pendant plusieurs mois avec les assistants de service social de 6 établissements de la CRf.

Quel nouveau regard sur votre solution vous a apporté le référent métier* de la CRf ?

CG : Notre référent métier a joué un rôle clé dans la mise en œuvre de ce projet. Il nous a apporté une vision très claire de l’organisation et des besoins de la CRf, ce qui nous a permis de cibler au mieux les établissements sur lesquels réaliser l’expérimentation. Il a aussi été un véritable ambassadeur de notre solution pour la promouvoir tant au sein de la CRf qu’à l’extérieur.

Que vous a apporté l’expérimentation sur les terrains de la CRf ? Qu’est-ce que vous avez appris ?

CG : L’expérimentation terrain nous a permis de valider l’existence d’un besoin de développement d’un outil pour diagnostiquer les aides et assister les travailleurs sociaux dans les démarches. Cela nous a également aidé à mieux comprendre le métier des assistants de service social pour adapter Toutes Mes Aides à leur besoins.

Quelle valeur ajoutée aurait le déploiement de votre solution dans le réseau CRf ?

CG : Le déploiement de notre solution dans le réseau CRf devrait permettre de diminuer le non-recours aux aides chez les bénéficiaires, et ainsi d’augmenter leur reste à vivre. De manière plus spécifique, cela répond à certains objectifs propres à chaque type d’établissements. Par exemple, pour les hôpitaux, faciliter l’accès aux aides sociales chez les patients permet souvent un retour au domicile dans de meilleures conditions et mieux anticipé. Au sein des EHPAD, l’intérêt de cette solution est notamment de permettre une prise en charge des frais d’hébergement pour un plus grand nombre de patients.

Quels sont les difficultés principales que vous avez rencontrées et comment les avez-vous surmontées ?

CG : Nous avons réalisé que si l’utilité de notre outil était bien perçue par les travailleurs sociaux, le plus difficile était d’intégrer son usage dans leur métier au quotidien. Nous avons donc pris le temps de former les utilisateurs pour qu’ils prennent le réflexe d’utiliser Toutes Mes Aides dès que cela leur est utile. Nous sommes également en train de développer des supports pour intégrer cet outil dans leur espace de travail (formations en présentiel et à distance, flyers à donner aux bénéficiaires, intégration avec les outils métiers, etc.).

Racontez-nous un moment phare de votre expérience à 21.

CG : Nous avions fait venir au siège de la CRf une quinzaine d’assistants de service social pour une journée de travail autour de notre solution. Tout le monde a joué le jeu, ce qui a permis de faire ressortir des améliorations très pertinentes à apporter à notre application. Cette journée nous a aussi permis de mieux comprendre le métier des assistants de service social et leurs problématiques au quotidien.

Quel conseil donneriez-vous aux prochains entrepreneurs accélérés au sein de 21 ?

CG : Ne partez pas avec des idées préconçues des besoins de vos utilisateurs, laissez-les s’exprimer. L’expérimentation terrain avec la CRf a un avantage immense : elle permet de tester votre produit ou votre service dans les conditions réelles, et auprès d’un réseau déjà bien établi et organisé. Il n’y a pas de meilleurs retours que ceux des utilisateurs sur le terrain, a fortiori quand ces utilisateurs sont autant investis pour avoir un impact social positif.

* bénévole ou salarié de la CRf qui a pour mission de transmettre son expertise métier et son expérience du terrain à l’organisation accompagnée par 21 pour la guider dans la consolidation d’un projet commun.

Dans la même catégorie

  • Portraits

    BACKPACK | Accompagner les patients souffrant de lombalgies chroniques

    Juliette Grisot fait partie de la première promotion d’intrapreneurs accompagnés par 21, l’Accélérateur d’Innovation Sociale de la Croix-Rouge française. D’origine lyonnaise, elle est diplômée de l’université Claude Bernard de Lyon 1 en Science et Technique des Activités Physiques et Sportive mention Activité Physique (APA). En 2015, elle intègre l’établissement de Soin de Suite et de […]

    Lire la suite
  • Portraits

    Faciliter l’entraide entre proches-aidants et professionnels du médico-social

    Début avril, nous vous avions présenté la plateforme Entraide Pro, qui permet aux professionnels et aux bénévoles du sanitaire et du médico-social d’échanger entre pairs pour s’armer et adapter leurs pratiques aux contraintes engendrées par la crise du Covid-19. Cette plateforme a pu être lancée en quelques jours grâce à un partenariat entre Arbitryum — une des […]

    Lire la suite